Les adénocarcinomes festonnés colo-rectaux

Mäkinen MJ. Colorectal serrated adenocarcinoma. Histopathology 2007 ;50 :131-50.(article pouvant être téléchargé gratuitement sur le site de la revue Histopathology, dans un numéro spécial consacré à la pathologie digestive).

L’article de Mäkinen est une mise au point récente sur les adénocarcinomes festonnés colo-rectaux, cancers coliques d’individualisation récente, ayant des caractéristiques épidémiologiques, cliniques, morphologiques et moléculaires particulières.

Les premières observations d’adénocarcinomes festonnés coliques ont été rapportées en 1992. 

Il n’existe que peu de séries publiées consacrées à cette entité, mal connues des pathologistes et des gastro-entérologues.

Les adénocarcinomes festonnés colo-rectaux sont plus fréquemment décrits chez les femmes (ils représenteraient 9% des adénocarcinomes coliques chez les femmes contre 6% des cancers coliques chez les hommes) et prédominent au niveau du côlon droit (environ 15% des cancers coliques droits seraient des adénocarcinomes festonnés contre 6% des cancers coliques gauches).

Morphologiquement, les adénocarcinomes festonnés sont caractérisés par des glandes d’architecture dentelée ou festonnée et une différenciation mucineuse fréquente. Ils sont composés de cellules cylindriques au cytoplasme abondant, éosinophile ou clarifié, au noyau élargi à chromatine vésiculeuse, au nucléole proéminent. Les remaniements nécrotiques sont rares.

L’apparition des adénocarcinomes colo-rectaux festonnés résulterait d’une nouvelle voie de cancérogenèse colique, la voie des polypes festonnés (« serrated neoplasia pathway »). Ces adénocarcinomes se développeraient aux dépens des adénomes coliques festonnés (adénomes sessiles festonnés au niveau du côlon droit, et adénomes festonnés traditionnels au niveau du côlon gauche). L’évènement moléculaire majeur conditionnant leur survenue serait une méthylation des complexes cytosine-guanine (CpG island methylation pathway, CIMP) au niveau de régions promotrices codant pour des gênes suppresseurs de tumeurs ou régulant la prolifération cellulaire. Au niveau du côlon droit les méthylations entraîneraient une mutation des gênes BRAF et MLH1 avec la survenue d’adénocarcinomes coliques festonnés avec instabilité des séquences microsatellites (MSI-H,microsatellite instability-high). Au niveau du côlon gauche les méthylations entraîneraient une mutation des gênes KRAS et MGMT avec survenue d’une perte d’hétérozygotie chromosomique (loss of heterozygosity, LOH), sans instabilité des séquences microsatellites (phénotype MSL microsatellite-low ou MSS microsatellite stable).

Le pronostic des adénocarcinomes festonnés coliques droits (survie à 5 ans >70%) serait meilleur que celui des adénocarcinomes festonnés coliques gauches (survie à 5 ans <30%) ; le pronostic des adénocarcinomes festonnés colo-rectaux gauche MSI-L ou MSS semblant plus péjoratif que celui des adénocarcinomes colo-rectaux classiques.

Dr Denis Chatelain, CHU Nord Amiens