La lettre 02.60.80 n°14 (2013)

Editorial

 

La pratique de la cancérologie s’est progressivement standardisée au cours de la dernière décennie et la plupart de nos décisions sont en accord avec des recommandations clairement établies. La médecine factuelle est à l’œuvre et remplace progressivement les intuitions et l’expérience personnelle qui guidaient autrefois nos décisions. Le thésaurus national, disponible sur internet, est d’une aide précieuse et permet de répondre à beaucoup de situations classiques.

Heureusement, il existe de nombreuses situations inhabituelles, non standardisées, difficiles, qui ne rentrent pas dans un cadre, et qui pimentent et stimulent notre pratique quotidienne. Lorsque de telles situations se présentent, nous sommes parfois contraints de confier le dossier à des centres de référence ou des collègues experts. Cependant, le plus souvent, il s’agit de situations oncologiques dans le domaine de nos compétences (cancers coliques ou gastriques par exemple) et il est alors important de faire appel à notre expérience personnelle ou celles de collègues et de confronter nos idées.

La dernière réunion de l’APCD s’est focalisée sur les situations difficiles dans le cancer du colon : que faire en cas de carcinose localisée, faut-il un traitement adjuvant dans les stades II, que faire en cas de récidive ganglionnaire…Un certain nombre de réponses, basées sur l’expérience d’équipes ayant réfléchi sur ces sujets, ont pu être avancées.

La lettre de ce mois vous apporte un résumé des différentes communications que nous avons essayé d’illustrer de quelques exemples.

Notre prochaine réunion fera le point sur les situations difficiles en cas de cancer gastrique : quelle prise en charge de la linite, qu’attend-on de la chimiothérapie et jusqu’où aller en situation palliative, qu’elle place pour la CHIP, qu’elle place pour la chirurgie palliative ? Les situations difficiles peuvent se discuter de façon collégiale et la RCP régionale répond à cet objectif. Le CHAM de Montreuil-sur-mer nous a rejoint en 2012, d’autres centres se sont rapprochés de nous. N’hésitez pas à nous signaler si vous souhaitez participer à la RCP, le groupe GCS e-santé de Picardie est prêt à vous aider pour tous les problèmes techniques d’installation des outils de visioconférence.

Notre site internet va bientôt être rebâti et vous serez informé sur votre messagerie dés que les travaux seront effectués. Nous vous rappelons que notre association ne peut vivre que si elle compte des adhérents c’est à dire des cotisants.

Nous souhaitons profiter de l’enthousiasme et du dynamisme de chacun d’entre vous.

 

François Mauvais, CH Beauvais