La lettre 02.60.80 n°16 (2015)

Editorial

 

La « Picardie libre » vit ses dernières heures puisque la naissance de la région Nord-Picardie est programmée pour le premier janvier 2016. Notre association prendra elle l’acronyme ANPCD ? Ce n’est pas encore à l’ordre du jour. L’association des trois départements Aine-Oise- Somme n’a pas été évidente ce qui explique peut-être les difficultés qu’ont eu nos trois départements à travailler ensemble et à se réunir autour de son chef-lieu de région en particulier en médecine. Et pourtant, les moyens n’ont pas manqué puisque la fin de l’année 2014 a été marquée par l’ouverture du nouveau CHU à Amiens, qui a permis de réunir l’ensemble des forces médicales du secteur publique de la ville dans un même lieu. Ce fantastique outil nous permet de disposer d’un plateau technique moderne, d’offrir aux patients un hébergement adapté aux exigences actuelles. Cependant l’installation du nouvel hôpital ne s’est pas fait sans difficulté puisqu’il a été nécessaire de modifier les organisations et les habitudes dans un cadre général de restriction économique. Malgré cela, en entrant dans le hall d’accueil, il est clair qu’une nouvelle ère a débuté et que la Picardie possède un outil d’excellence.

Deux spécialités en rapport avec notre activité de cancérologie témoignent bien de la performance et la modernité de ce site : la biologie moléculaire et la radiothérapie.

Le service de biologie moléculaire permet de répondre aux exigences actuelles de la cancérologie moderne : recherche des mutations maintenant classiques RAS et BRAF, séquençage à haut débit à la recherche de gènes impliqués dans l’oncogénèse et bientôt diagnostic sanguin des cancers par recherche de mutation de l’ADN circulant. Vous trouverez dans les colonnes de la lettre la présentation de cette activité.

Concernant la radiothérapie, l’installation d’un équipement de radiothérapie stéréotaxique (cyberknife) est prévue début 2016. Cette technique a des indications reconnues dans la prise en charge des métastases pulmonaires et cérébrales.

Pour les lésions intra-abdominales, la radiothérapie stéréotaxique s’adresse principalement aux tumeurs hépatiques. L’indication est reconnue pour les métastases non résécables chirurgicalement (du fait de la situation de la tumeur ou de l’état du malade), mais aussi parfois pour les cholangiocarcinomes et les carcinomes hépatocellulaires.

Cette technique nécessite la pose de marqueurs radioopaques (fiducials) permettant de suivre la cible à irradier, le traitement se déroule en trois séances en délivrant de hautes doses. D‘autres indications se développent dans le cancer du pancréas ou la prise en charge de récidives ganglionnaires péri aortiques des cancers colorectaux.

Voici deux exemples du potentiel médical du nouveau CHU. Espérons que la construction de la nouvelle région ne se fasse pas au détriment de la région picarde et gageons sur la dynamique de ce nouveau site amiénois.

Concernant l’APCD, nous vous informons que sur le nouveau site : www.apcd.info se trouvent les présentations des précédentes réunions (cancer et linite gastrique, situations difficiles dans le cancer colique). N’hésitez à puiser dans cette mine d’informations. Nous vous rappelons la possibilité de participer à la RCP régionale avec l’aide de la plate-forme GCSe-santé.

Nous continuons donc de travailler ensemble à construire un réseau picard qui a du sens et vous pouvez noter dès à présent la date de notre prochaine réunion (14 novembre) qui fera un focus sur les cancers localement avancés.

Au plaisir de nous retrouver bientôt. François Mauvais Président de l’APCD.

François Mauvais, Président de l’APCD